L'eau

  >   L'eau



L'eau précieuse

L’eau est précieuse, nous devons maîtriser son utilisation. Dans un jardin, comme ailleurs, la gestion de l’eau est une question de bons gestes.

Chez Greenflore nous agissons !

Greenflore s’engage à lutter contre le gaspillage de l’eau dans les jardins et terrasses, nous sensibilisons les particuliers à la maitrise de l’eau en mettant en œuvre des techniques responsables.

Quelques pratiques à privilégier :

  • Récupérer l’eau de pluie pour arroser le jardin.
  • Choisir des plantes sous consommatrices d’eau adaptées à l’environnement et au sol.
  • Apprendre à vivre autrement le jardin.
  • Diminuer les zones très consommatrices d’eau (pelouse).
  • Choisir des techniques éco responsables dans la gestion de l’eau (paillage).
  • Entretenir régulièrement le sol en surface (binage).
  • Installer des systèmes d’arrosage maitrisant la quantité d’eau apportée.

Un binage vaut deux arrosages, nous n'avons rien inventé !

Ce dicton, souvent utilisé pour nos jardins est vrai.

L’eau du sol remonte régulièrement à la surface pour permettre aux racines des plantes de la capter au passage. En été, l’eau qui n’est pas prélevée par la plante s’évaporera au contact du sol, c’est du gâchis.

Cette remontée se fait par les « faisceaux capillaires » qui se forment entre les éléments fins du sol (grains de sable, d’humus, …) appelés agrégats.

Le binage casse la croûte du sol, coupe les faisceaux capillaires, l’eau ne remonte plus. Il n’y a plus d’évaporation du sol.

Le binage permet donc de conserver une quantité d’eau dans le sol et évite ainsi des arrosages compensatoires.  Un sol tassé perdra entre 2 fois et 4 fois plus d’eau qu’un sol maintenu meuble ou sous couvert végétal.


Petit rappel sur les mouvements de l'eau dans le sol !

On trouve l’eau dans le sol sous 3 états

  • L’eau gravitaire qui circule librement dans le sol, c’est l’eau qui ruisselle sur les terrains en pente, qui forme des flaques, qui s’évapore en été et que l’on voit lorsque le sol est gorgé d’eau.
  • L’eau de rétention capillaire, c’est l’eau directement assimilable pour les plantes, cette eau est précieuse pour le jardinier
  • L’eau liée, c’est l’eau qui reste dans le sol, elle se trouve piégée par l’argile qui a un très fort pouvoir de rétention en eau.



Le test de l’éponge pour montrer les 3 états de l’eau dans le sol

1 2 3

On plonge une éponge dans une bassine d’eau, on sort l’éponge et on la place au-dessus d’un autre récipient : L’eau qui s’écoule s’appelle « eau gravitaire ». Nous laissons s’écouler toute l’eau.

On presse ensuite cette éponge au-dessus d’un autre récipient. L’eau qui s’en écoule s’appelle « eau de rétention capillaire ».

Nous remarquons ensuite que l’éponge est encore humide, elle contient de l’eau qui n’est pas récupérable. Cette eau retenue est appelée « eau liée »



Lorsqu’à la deuxième étape nous pressons l’éponge, nous reproduisons par ce geste la capacité racinaire d’une plante à puiser l’eau du sol.

Le point de flétrissement d’une plante : C’est lorsque la force de succion racinaire d’une plante est inférieure à la force de rétention en eau du sol. Ce mécanisme s’explique lorsque l’eau contenue dans l’éponge n’est pas utilisable.

En résumé

Lorsque l’eau gravitaire quitte le sol (par ruissèllement, par évaporation, …) l’eau contenue alors dans le sol se trouve sous deux états : 

  • L’eau utilisable pour la plante et qui remonte continuellement par les faisceaux capillaires et s’évapore.
  • L’eau non utilisable par la plante parce qu’elle est piégée dans le sol notamment par l’argile

Le jardinier peut donc agir en préservant l’eau du sol et en raisonnant son apport.

Vous avez besoin d'aide ?

Vous pouvez consulter notre FAQ . Ou bien vous pouvez poser vos questions à l'un de nos conseillers ici ou bien contactez-nous au 01 70 95 54 50.